c.est.dur.d.etre.aimeEn 2006, Charlie Hebdo publie les caricatures controversées mettant scène Mahomet. Parce que le délit de blasphème n'existe pas, parce que le droit à la liberté d'expression et à liberté de critique est un principe fondamental de notre société. Y compris, et surtout, le droit à critiquer les religions, toutes les religions. C'est cela que faisait, depuis son origine, Charlie Hebdo.

Ce sont des militants de l'antiracisme, mais justement pour cela, ils n'ont jamais craint de faire ce que beaucoup, y compris chez des pseudo-antiracistes, n'osaient pas faire : critiquer toutes les religions y compris l'Islam, publier des caricatures de Mahomet, parce que la liberté d'expression, dans le cadre des lois de la république, est entière ou n'est pas.

Charlie Hebdo, ce n'est pas seulement des caricatures. C'est aussi des textes. Nous mettons ici à disposition les textes qui ont acompagné, ou suivi (impossible de remettre la main sur ces numéros), la publication des caricatures. Ces textes expliquent pourquoi ils publient ces dessins. La parole est fondamentale, et ici, elle nous montre à quel point leur combat est celui de la liberté et de la démocratie.

C'est dur d'être aimé par des cons : les textes de Charlie Hebdo

En septembre 2012 la bande-annonce d'un film anti-islam est diffusée sur internet. Au départ personne ne s'en aperçoit, puis le film est dénoncé dans le monde musulman, provoquant plusieurs semaines de violentes manifestations ayant causé plusieurs morts, dont le décès de l'ambassadeur américain et de trois autres personnes suite à l'attaque de l'ambassade américaine en Libye par des islamistes. Des milliers de manifestants ont saccagé des ambassades et des écoles occidentales. On peut dénombrer plusieurs morts lors des manifestations (Live du Nouvel Obs sept 2012).